Y a-t-il un lien entre l’héroïsme des femmes, les miracles et les fêtes juives ?
Il s’avère qu’il n’y a pas de meilleur exemple que “Hanoucca” pour rencontrer les femmes d’Ashdod dans une atmosphère de fête, pour parler des miracles de la fête et en particulier de la contribution des femmes à la résilience du peuple à travers les générations. Le pouvoir des femmes vu sous un regard festif.

Les quatre mères (Sarah, Rivka, Léa et Rahel) sont les premières femmes à servir d’exemple et d’inspiration pour des générations. On a dit aux femmes d’Israël en Égypte que grâce aux femmes justes, Israël avait été sauvé de l’Égypte. Plus tard dans la Bible, nous avons rencontré des personnalités telles que Tamar, Myriam, Deborah la prophétesse, Yael et Esther la reine.
Cela est également vrai dans les générations suivantes, à partir de l’époque de la Michna et à travers les générations jusqu’à nos jours, à l’ère moderne.
Toutes les femmes, à travers les générations, sont certainement un exemple et une source d’inspiration qui peuvent être rapportées à tous les événements et toutes les opportunités.

Voici pourquoi, Mme Ahuva Amram, conseillère du maire sur le statut des femmes, a choisi de dédier la dernière réunion aux femmes et de relier l’héroïsme des femmes, des miracles et de Hanucca.

Cette semaine, environ 200 femmes d’Ashdod ont participé à une soirée festive et passionnante qui comprenait une conférence culturelle riche en mélodies avec la chanteuse Eti Ankri, un dialogue avec la rabanite Chana Amar et des bénédictions du rabbin Menachem Amar et de Mme Amram elle-même.

Toutes les femmes qui ont pris part à cette soirée ont ressenti l’atmosphère et la spiritualité particulières. Elles ont été heureuse de participer à une expérience féminine qui a réussi à les lier, à les unir et à créer une atmosphère de fraternité qui embrasse et attire les cœurs, tout en profitant de cet échange et de tous ces petits miracles quotidiens, qui constituent la vie de chaque femme.

« Cet événement festif est une nouvelle expression de la merveilleuse coopération qui existe entre le ministère de la Promotion de la condition de la femme et des organisations et personnalités importantes représentant la vie de la ville. Cette fois, il s’agit d’une collaboration avec la Rabanite Chana Amar et son mari, le rabbin Menachem Amar, qui font beaucoup pour toutes les communautés d’Ashdod », déclare Mme Amram. Des militantes et des femmes bien connues, notamment l’épouse du maire, Mme Irit Alexenberg Lasri, des cadres supérieurs de la municipalité et de l’économie d’Ashdod et un groupe de femmes dirigeant et influant dans leur domaine ont assisté à l’événement.

La soirée spéciale, sous le patronage et le soutien du maire Yechiel Lasri, a débuté
avec la Rabanit Amar, notant que « l’huile et la mèche de la menorah sont le corps et l’âme de l’homme qui nourrissent ses actions, tout en reliant la compréhension intellectuelle à l’émotion qui naît de l’âme ».
Le rabbin Amar a félicité les femmes et a déclaré: « Comme le soleil, nous pourrons tous éclairer nos familles et notre environnement à la lumière de la Torah et des mitsvot sous le soleil qui brille. »
Mme Amram a associé Hanoucca à l’héroïsme des femmes à travers les générations et au pouvoir des femmes tel qu’il est exprimé aujourd’hui.

Communiqué de presse municipal
traduit et adapté par Ashdodcafe.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.